Les Doctes

Renarde de feu

 

Ils vivent à l’unisson, le feu ardent et la jolie rousse au regard vif que l’on nomme Renarde de feu. Quand elle était petite, pour la calmer, il suffisait de poser son berceau près du fourneau de son père armurier. La jeune fille s’endormait aussitôt, et avec elle le feu ardent plongeait dans la somnolence, se calmait et cessait de bourdonner et de lancer des étincelles.

Le feu ne blessait jamais Renarde, et même les composés explosifs les plus terribles se transformaient dans ses mains en de simples feux d’artifice. On raconte qu’une fois, elle sauva l’armurerie d’une terrible explosion. D’un moule renversé, du métal liquide s’écoulait vers l’entrepôt. C’est là qu’étaient conservés les explosifs, et seule la jeune fille put arrêter le torrent de fonte brûlante. Quelque temps après cet incident, elle s’adressa aux recruteurs de l’empereur pour absorber du Prime et, comme elle le disait en plaisantant, pour « officialiser définitivement ses relations avec le feu ».

Mais même après avoir accédé aux rangs de héros, Renarde de feu ne devint pas plus sérieuse : elle aimait jouer la coquette, faire tourner la tête des hommes. Sa capuche aux oreilles pointues de renard cachait un regard gai et un sourire espiègle. Les admirateurs émerveillés se précipitaient sur la jeune fille en vain, mais un jour Renarde tomba dans le piège de Cupidon. Prince des Voleurs, sombre et élégant, qui servait les Doctes contre sa volonté, vola son cœur pour toujours. L’ardente et jolie fille se lança avec assurance à la conquête de l’amour du héros adornien... Et elle essuya un refus : la main et le cœur du prisonnier appartenaient à une autre.

Il n’y a rien de plus terrible qu’une femme rejetée, en particulier quand elle est habituée à se trouver au centre des attentions. Renarde jura de faire payer l’odieux goujat qui avait osé rejeter son amour. Il n’y a qu’un pas de la tendresse à la haine, et les émotions de cette jeune fille fougueuse et passionnée sont capables de tout réduire en cendres comme le feu ardent qu’elle contrôle.

Compétences

Harmonie de l’âme

L'utilisation des compétences de classe restaure la santé de l'héroïne. Si Renarde de feu ne bouge pas pendant quelques secondes, elle commence également à restaurer son énergie.

Vent et flammèches

L’héroïne envoie un vent de feu dans la direction indiquée, infligeant des dégâts à toutes les cibles sur son chemin. Après l’apprentissage de la compétence Vent trompeur, les victimes du vent de feu sont ralenties. La compétence Vent rapide permet de réduire le temps de recharge de la compétence pour chaque cible touchée.

Jeu avec le feu

Tant les attaques ordinaires que spéciales de l’héroïne brûlent sa cible.

Ruse vulpine

L’héroïne crée une illusion lui ressemblant qui détourne l’attention des ennemis, et devient invisible pendant quelques secondes. Si l’héroïne se trouve sur sa terre, elle obtient un bonus de vitesse de déplacement durant la période d'invisibilité. De plus, si des ennemis se trouvent à proximité et que l'héroïne perd une grande partie de sa santé, Ruse vulpine s’active automatiquement. Après l’apprentissage de la compétence Tour d'adresse enflammé, quelques secondes après sa création, l'illusion de l'héroïne étourdit brièvement tous les ennemis autour d'elle.

Queues de feu

L’héroïne fait pousser plusieurs queues touffues, produisant une rafale de feu dans le ciel, qui, en retombant, s’abat directement sur ses ennemis, leur infligeant des dégâts. Après avoir appris la compétence Bouclier de feu, l'héroïne subit moins de dégâts aux attaques ennemies lors de l'utilisation de la compétence Queues de feu. Les dégâts infligés par les attaques ennemies sont encore plus réduits si l'héroïne utilise la compétence Queues de feu sur sa terre.

Partager avec des amis